le papier moulé : technique appliquée aux petites embarcations

Une technique ancienne bien pratique pour obtenir des formes arrondies.

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Voici un autre exemple de ce que l'on peut obtenir : embarcation équipant le FAAROA ex - MERSEY.

Cette technique du papier moulé à ne pas confondre avec le papier haché, me vient de Pierre CORBIERES qui la décrivait dans un de ses articles sur la construction de la VENUS. Et ils furent nombreux puisqu'ils paraissaient en moyenne une fois par mois et du n° 282 à 324 de MRB !

genèse de l'album :

la découverte, au moment où je présentais su un Forum une carrosserie réalisée avec ce procédé, de la méconnaissance pour beaucoup de cette technique. Alors, une nouvelle construction pour un tutoriel.
Cliquez pour agrandir l'image

le plan


Il s'agit d'un canot assez petit qui a été trouvé sur ce site :
http://15marins.blogspot.com/2010/09/plan-de-canots-small-boat-plan.html

Il est pourvu d'une voile ce qui permettra d'expliquer un jour comment les réaliser selon la méthode de Pierre Corbières : technique des fils collés .

Ce canot fait environ 7 mètres de long, la construction se fera donc au 1/50ème en prenant le plan tel qu'il sort de l'imprimante pour une longueur approximative de 14 cm.
Cliquez pour agrandir l'image
Pour la réalisation du moule, seules les
lignes de flottaison sont à utiliser.

le matériel

Il se réduit à peu de choses :
. du contreplaqué de 3 mm d'épaisseur
. du balsa
. de la colle blanche de menuisier
. du vernis
. de la cire (ou de la paraffine)
et du papier KRAFT que l'on trouvera en librairie.
Pour ce dernier, choisir le grammage le plus léger. Celui utilisé pour la démonstration est de 0.02 mm d''épaisseur, mais avec 4 couches croisées et le recouvrement, on obtiendra une excellente rigidité (le plus fin fait 0.04 mm d'épaisseur : 32 g/m²).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Papier_kraft :
Ce papier a la faculté de rétrécir après mouillage en séchant.

une méthode différente

.. différente de celle de Pierre Corbières.

Ce dernier, pour faciliter le démoulage, construisait son moule en 2 parties : couples séparés en deux et collés sur 2 âmes centrales.
C'est un peu long et finalement, pour la réalisation d'un canot se terminant pas un tableau plat, il suffira, si nécessaire de fendre le tableau arrière. Tableau que l'on recollera ensuite soit avec du papier soit avec un tableau en fin contreplaqué. Par contre, pour d'autres réalisations aux formes plus complexes,  il faudrait deux 1/2 moules ...

Sur la gauche, un extrait du MRB 257 de décembre 1984 (on ne rajeunit pas !) et un moule obtenu selon sa méthode.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

construction do moule

On commencera par la réalisation des couples

les couples

Cliquez pour agrandir l'image
1 - perpendiculaire à partir de l'axe
2 - projection à 90° sur cette perpendiculaire
Cliquez pour agrandir l'image
Tous ne sont pas nécessaires.
Collage sur du papier bristol.
Découpe du demi-couple au scalpel pour les lignes droites et aux ciseaux pour les courbes.
Cliquez pour agrandir l'image
Tracer un côté.
Retourner selon l'axe et tracer le second côté.
Cliquez pour agrandir l'image
Vérification après la découpe à la scie fine.
Cliquez pour agrandir l'image

la base

On ne tient pas compte de la tonture et on peut procéder de la même manière. En profiter pour repérer l'emplacement des couples.
Certains préféreront le papier calque ou encore le papier carbone ...

collage

Les couples seront collés en place après avoir ajouté du carré pour obtenir un bon équerrage : sciage à dimension après séchage. Ne pas oublier cependant de pencher le tableau arrière vers l'intérieur.
Sous la base on collera un bois pour la manipulation et le serrage dans un étau pendant le collage des bandes.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

remplissage

Il se fait avec du balsa.
Le mieux est de placer les fibres parallèles à l'axe général, on coupera une partie de l'excédent au cutter et on poncera plus facilement.
Si l'espace est large on n'est pas obligé de tout remplir , tout au moins pour le bas. Déborder largement...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image


Là, on s'oriente vers la réalisation d'un "porte-containers"  !

ponçage

Commencer par se confectionner quelques limes : papier de verre collé sur du bois. La seconde est la meilleure : bout de baguette aux bords arrondis qu'on peut utiliser dans tous les cas.
Le dégrossissage au cutter se fait du milieu vers les extrémités en prenant de tous petits copeaux.
Le ponçage se fera en commençant par les flancs perpendiculaires, puis on remonte ... Le contreplaqué fait office de guide et de limite à ne pas dépasser..
Cliquez pour agrandir l'image
outillage
Cliquez pour agrandir l'image
dégrossissage
Cliquez pour agrandir l'image
ponçage des flancs
Cliquez pour agrandir l'image
ponçage des creux
Cliquez pour agrandir l'image
prêt pour les finitions

finitions du moule

L'opération précédente terminée, on peaufine le ponçage avec du papier de verre très fin et avec les doigts cette fois.
Il est possible que, en certains endroits, le balsa "peluche". Ce n'est pas grave, on laisse dans l'état et cela disparaîtra après un nouveau ponçage après le vernissage.

Pour la cire, il ne faut pas faire comme sur la photo qui montre la belle couleur de cette cire d'abeille (et ça sent bon en plus !), mais l'étaler en une fine pellicule.
Cliquez pour agrandir l'image
3 couches de vernis
Cliquez pour agrandir l'image
3 couches de cire
Cliquez pour agrandir l'image
Impatience ?
Placer la coque cirée sous une lampe de 60 W ...

la pose des bandes

Dans le papier Kraft, on découpe au cutter des bandelettes de différentes largeurs (de 4 à 10 mm) et de deux longueurs : une pour le recouvrement transversal et une pour le recouvrement longitudinal en augmentant la longueur de 2 3 cm.

Les bandes vont tremper quelques minutes dans l'eau et s'en imbiber : avant de les poser, on les essorera légèrement entre deux doigts, sans trop serrer sinon ... rupture !
Cliquez pour agrandir l'imagele "chantier" :
. de la colle blanche de menuisier, un récipient pour la colle et une brosse
. un récipient avec de l'eau dans lequel les bandelettes tremperont quelques minutes
. le moule dont la base rajoutée est serrée dans un étau qu'on protège ...
Cliquez pour agrandir l'image
1ère épaisseur, la plus délicate.
Elle se fait sans colle et on commence avec des bandes étroites par l'étrave :deux bandes presque verticales viendront les maintenir. 
Cliquez pour agrandir l'image
Bien lisser avec les doigts.
Cliquez pour agrandir l'image
On fait de même pour la poupe ...
Cliquez pour agrandir l'image
... puis on passe à la jonction des deux extrémités.
Cliquez pour agrandir l'image
2ème épaisseur
Lisser au pinceau humide et vérifier que rien n'a bougé avant ...
Cliquez pour agrandir l'image
... de coller deux bandes longitudinales en bas. Inutile de diluer la colle, notre coque est humide.
Cliquez pour agrandir l'image
Repasser de la colle et lisser. Et, on fait une pause ... en attendant que ça sèche un peu.
Et c'est le moment de profiter un peu du soleil ...
Cliquez pour agrandir l'image
3ème épaisseur
Mouiller, enduire de colle et disposer de nouvelles bandes verticales.
Cliquez pour agrandir l'image
Un petit coup de colle et un bon lissage avec le pinceau et les doigts. Bien marquer les arêtes.
Cliquez pour agrandir l'image
4ème épaisseur
Elle est longitudinale : cette fois, inutile de charger l'étrave et la poupe où les épaisseurs sont suffisantes. 
Cliquez pour agrandir l'image
Encore un petit coup de colle et un dernier lissage. Une bonne nuit à sécher ...

En observant bien la dernière photo, on voit que les bandes ont été coupées en arrivant sur l'étrave. Pour la poupe, pas de problème, on pourra couper l'excédent après le démoulage.

démoulage

Cliquez pour agrandir l'image
Enlever l'excédent de papier par découpe avec des ciseaux si possible à lames courbes. Si on n'en possède pas, petit tour dans la trousse de toilette de Madame  qui doit bien en avoir ... 
Cliquez pour agrandir l'image
On sépare doucement avec le doigt la coque du moule : ça bouge ...
Cliquez pour agrandir l'image
... et on accentue sans aller trop loin avec une lame plate.
Cliquez pour agrandir l'image
La bonne surprise: la coque sort facilement, pas besoin de fendre le tableau arrière !
Cliquez pour agrandir l'image
Le moule qui pourra resservir et la coque obtenue 
Cliquez pour agrandir l'imageIl ne reste plus qu'à passer aux finitions. Cette coque fait 0.7mm  (petit mystère avec 4 couches !) d'épaisseur et est très rigide.

On peut envisager plusieurs solutions dont :
. enduit et ponçage
. collage de bandes jointives ou à clins de papier Kraft
Cliquez pour agrandir l'image

mise aux dimensions


On repart du plan et on mesure la distance entre le bas de notre coque et le bord : au centre et aux extrémités. Bois fin pour obtenir la courbe, serrage, découpage et report de l'autre côté avec la découpe qu'on vient de faire (en la retournant).

Les "travaux" qui suivront utiliseront à nouveau le moule qui va servir de support et empêcher toute déformation.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

finitions

On va d'abord rendre la coque lisse en utilisant de l'enduit. Protéger à nouveau le moule avec du film plastique.

On peut aussi ajouter une succession de petites bandes de papier qui imiterons un bordage à clins.
Cliquez pour agrandir l'image

tableau arrière, quille, étrave

Partir de la forme obtenue, tracer un gabarit et découper dans du contreplaqué mince en une ou deux parties selon ce dont on dispose ...
Une fois bien ajusté, on colle l'ensemble obtenu bien dans l'axe et vertical
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

quille intérieure et couples

Pour la quille, même ajustage et pour les couples du carton un peu fort (1 mm d'épaisseur) coupé au scalpel en bandes de 2 mm de large.
Repérage des emplacements de collage avec une bande de papier pliée sur le bord.
La lisse supportant les bancs de nage est tirée d'une baguette de 0.5 x 3.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

plancher

Là aussi des baguettes de récupération (ancien kit). Par contre le caillebotis issu d'un kit au 1/48ème n'est vraiment pas joli.
On travaillera d'après gabarit.
Ces petites planchettes se coupent facilement aux ciseaux.

Pour le caillebotis, on peut le scier à la scie fine en suivant le papier collé. Si on se rate, on peut facilement recoller un petit morceau.
Il est intéressant de coller le plancher et le caillebotis avant la pose ...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Il reste à poser le banc arrière et la teugue.
Cliquez pour agrandir l'image

lisses

Toujours de la baguette. Pour le maintien un point de cyano, et le reste à la colle blanche. On viendra couper sur le tableau arrière. Opération qu'on répète intérieurement et extérieurement.
Une fois le collage effectué, on remplira l'espace entre les deux  lisses par de l'enduit de ton bois qu'on lissera et poncera (très solide).

Il faudra reprendre la peinture qui n'a pas aimé toutes ces manipulations ...
Cliquez pour agrandir l'image

divers

Toujours de petites planchettes de 0.5 d'épaisseur et des cure-dents ... Pour la peinture, de la gouache, et pour la finition un coup de vernis en bombe.
Cliquez pour agrandir l'image
bancs et planche d'appui
Cliquez pour agrandir l'image
gouvernail: pentures en carton autour de l'axe (aiguille)
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
taquets
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
peinture
Cliquez pour agrandir l'image


Et, si on veut gréer ce canot, on peut le faire en utilisant la technique du fil collé, méthode décrite dans cet
album

archives : des réalisations avec la technique du papier moulé

Réalisations utilisant celle de Pierre Corbières qui réalise le moule en deux parties.

Avec  une chaloupe pour le *FAAROA" ex MERSEY  : http://www.vapeuretmodelesavapeur.com/faaroa/index.html
Saisissez le texte du paragraphe ici
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
réalisation de manches à air :
une annexe pour le TUAMO ex-Hussard :
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
album
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
album



Et un projet qui traîne dans mes cartons depuis des années : des pirogues polynésiennes .

Pour obtenir des formes complexes, on peut réaliser le moule en plusieurs sections ...

1 - pour une pirogue double de voyage ou de guerre avec 2 voiles
2 - pour une pirogue à balancier avec une voile
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

.



Copyright (C) 2008-2016- Tous droits réservés.albums mis à jour le : samedi 10 juin 2017