enfléchures : réalisation

On se fait souvent un monde de la réalisation des enfléchures. Et pourtant ...

Cliquez pour agrandir l'image

préparation: montage des haubans et des caps de mouton

Cliquez pour agrandir l'image
Avant le démarrage de l'opération, bien repérer les haubans avec des épingles à linge numérotées.
Cliquez pour agrandir l'image
On dessine sur un carton l'espacement des enfléchures par des lignes parallèles (ici 8 mm), puis on cale ce carton derrière les haubans.
Les haubans, positionnés grâce à une épingle insérée dans les caps de mouton inférieurs, sont tendus (épingle à linge).
On peut ainsi repérer puis tracer l'emplacement des caps de mouton.
Cliquez pour agrandir l'image
En rouge et en vert la pente suivie par les haubans (repérage sur deux mâts). On prépare des écartements des caps de mouton en fil de laiton rigide pour chaque hauban.
Cliquez pour agrandir l'image
Tension d'un hauban. Le hauban passe sous le cap de mouton supérieur. On le tire vers le haut pour passer dans la hune avec un tendeur: épingle à linge, cordage et pince crocodile lestée de plomb.
Cliquez pour agrandir l'image
Il suffit de lier avec un fil à coudre simple les deux parties du hauban au ras du cap de mouton. On peut même repasser avec une aiguille pour simuler le noeud particulier qui était utilisé: aiguillette verticale.
Cette partie étant recouverte ensuite, je me suis contenté de faire deux ou trois tours, un noeud double plat, un noeud simple et enfin une pointe de colle.
Cliquez pour agrandir l'image
Finir les liures des haubans (aiguillettes horizontales)  au-dessus des caps de mouton fait appel à des montages pour le moins acrobatiques. Utiliser la colle blanche, elle ne change pas la couleur des cordages et ça sèche très vite. De plus, si vous vous trompez, on peut encore enlever le montage le lendemain ou encore plus tard. Ce qui n'est pas le cas avec la cyano
Cliquez pour agrandir l'image
On procède de la même manière sur l'autre bord (refaire un gabarit)
Raidir les caps de mouton.. Il faut à ce moment bien équilibrer le mât et revenir sur la tension des haubans ou non.
Si on rencontre un problème (hauban légèrement trop long), il faut démonter  la ride (cordage servant à raidir les caps de mouton) puis le torsader sur lui-même pour le raccourcir.
Cliquez pour agrandir l'imageUtilisation détournée de pinces à cheveux qui ont l'avantage de se glisser partout.

pose des enfléchures

Cliquez pour agrandir l'image
Les différents noeuds qui seront utilisés pour la pose des enfléchures Un petit truc: les dessiner en grand pour les avoir constamment sous les yeux.
On travaillera essentiellement avec des brucelles
Cliquez pour agrandir l'image
Pour ne pas oublier de passer au "feu" les cordages (pour les débarrasser des "peluches") qui vont servir aux enfléchures, regrouper la pince pour tendre le cordage, le briquet et la bobine de fil.
Si vous oubliez de "traiter" une seule enfléchure, c'est elle qu'on verra!
Cliquez pour agrandir l'image
Le mieux est de fixer d'abord un côté des enfléchures (noeud de chèvre). Point de colle blanche que l'on serre entre deux doigts pendant que l'on tire de l'autre côté.
Couper les excédents de cordage est délicat. On peut utiliser la pince à ongles ou des ciseaux de manucure. Mais ... il faut y regarder à deux fois avant d'appuyer.
Cliquez pour agrandir l'image
Finalement, un coup de ciseaux le long de la ligne dessinée est préférable à l'entaille faite au départ: le cordage tient mieux.
Cliquez pour agrandir l'image
Une partie intéressante qui pose quelques problèmes qu'on peut facilement résoudre..
Cliquez pour agrandir l'image
On commence par coller en place une pièce de bois entaillé (voir croquis). La hune a été fixée et les cordages de gambes pendent.
Cliquez pour agrandir l'image
Mise en place et collage de la seconde pièce de bois, également rainurée.
Cliquez pour agrandir l'image
Ligatures autour des pièces de bois (le bastet ?)
Cliquez pour agrandir l'image
Dernières enfléchures qui finalement se "laissent faire"..
Cliquez pour agrandir l'image

naviguez sur le site ... mon environnement ...

Le "motu", petit îlot de sable à la limite du lagon et de l'océan. Un endroit privilégié où on peut, en semaine (heureux retraité) ou le week-end, retrouver ses rêves d'enfant.

Celui-ci, motu de la commune de TAPUTAPUATEA (la nôtre) répondait encore il y a quelques années à ce qu'on espérait : isolement; végétation sauvage, tranquillité.
Mais, il a fallu l'aseptiser et y construire pour ... l'accueil des touristes !
Bien qu'à 10 minutes de bateau de la maison, on s'y rend donc de moins en moins. Dommage.


Copyright (C) 2008-2019- Tous droits réservés.albums mis à jour le : lundi 17 juin 2019