doublage en cuivre d' une coque avec la molette "compacte"

Avec la molette décrite dans la partie "outillage", on peut obtenir rapidement les plaques pour doubler la coque à l'échelle ...

Cliquez pour agrandir l'image

le plan de doublage

Cliquez pour agrandir l'image
Il est important d'avoir le plan de doublage, surtout s' il s'agit d'une unité anglaise (.Extrait du livre de John McKAY)

disposition et préparation

Cliquez pour agrandir l'image
La disposition des plaques: clouage transversal de l'avant vers l'arrière; clouage longitudinal du bas vers le haut; ceci afin d'éviter l'arrachement des plaques.
Préparation de la coque: exempte d'irrégularités, il faut la vernir, poncer, revernir et essuyer.
Avant la pose, léger coup de papier de verre fin pour favoriser "l'accroche".

mise en place des plaques

Cliquez pour agrandir l'imageProcéder au maximum avec une des brucelles (pour préserver l'adhésif) pour la manipulation de la plaque que l'on pince, si possible,sur l'emplacement d'un "clou".
La lame du cutter permet de soulever la ou les plaques précédentes et on glisse la nouvelle plaque en respectant un recouvrement de 0.5 mm..
La rangée de "clous" inférieurs sert aussi de guide: on doit la distinguer.

découpage des coins

Cliquez pour agrandir l'imagePrésenter la plaque ou la bande de cuivre avec son support papier en prévoyant le recouvrement inférieur (ici, au-dessous) puis, avec le dos de la lame, appuyer le long de la découpe à obtenir, toujours en prévoyant le recouvrement (ici, au-dessus).
Découper aux ciseaux, tracer la rangée des "clous" longitudinaux avec la roue dentée et ... mettre en place

le doublage

Cliquez pour agrandir l'image
J'ai commence par la partie supérieure d'un côté et par l'arrière. Deux bandes d'isolant d'électricien délimitent le doublage: en bas, guide pour les rangées "parallèles"; en haut, ligne de flottaison plus quelques mm) à ne pas dépasser, les plaques y seront découpées à la demande.
Cliquez pour agrandir l'image
Vue de l'arrière de la première partie terminée.
A noter que les portes haubans et les cadènes ne sont pas montés; préfabriqués, ils attendent la fin de cette opération. Il aurait aussi fallu surseoir au  montage de l'échelle de coupée...
Cliquez pour agrandir l'image
Vue de l'avant de la première patrie. Les plaques qui débordent sur l'étrave sont découpées au scalpel en laissant un débordement de 2 mm.
Cliquez pour agrandir l'image
Début du doublage de la partie inférieure par l'arrière: on part du bas et on remonte ... Il faut, en suivant le plan, placer des plaques coupées en biseau comme pour le bordé.
Ajustement des plaques quand on arrive à la première rangée collée.
Il est aussi possible pour s'aider, de tracer au crayon les lignes à suivre.
Cliquez pour agrandir l'image
On arrive vers l'avant. Avec un gabarit tracer les lignes que suivront les plaques, c'est un bon repère qui s'ajoute au "coup d'oeil".
Cliquez pour agrandir l'imageDoublage de l'avant terminé. L'étrave est recouverte de bande parallèles.
Quelques coins de plaques se soulèveront: on les colle à la cyano avec la pointe d'un cure-dents.
Il est possible qu'une petite traînée blanchâtre apparaisse (réaction ?); elles disparaîtront sous le vernis.
Cliquez pour agrandir l'imageArrière terminé.

!

Cliquez pour agrandir l'imageMise en oeuvre du deuxième côté.
Cette fois, j'ai changé de méthode: au lieu de coucher le bateau sur le flanc, je l'ai mis quille en l'air et ... le travail est beaucoup plus facile.
De plus on ne craint pas de décoller les plaques de l'autre bord.
On ne retravaillera sur le flanc que pour la partie haute (ligne de flottaison).
Cliquez pour agrandir l'imageAutre vue de l'arrière. On travaillera au scalpel pour enlever l'excédent des plaques.
Pour le recouvrement de la quille, on replie, on colle (un peu de cyano parfois).
Cette partie sera recouverte par une baguette de 0,5 mm d'épaisseur (bois prévu pour éviter l'arrachage des plaques lors d'un échouage par exemple).
Cliquez pour agrandir l'imageAvant de commencer le deuxième côté, il a fallu bien repérer le positionnement de rubans adhésifs  qu servent de guides en se repérant sur la 1/2 coque recouverte pour obtenir un dessin identique des plaques, coque vue de l'avant ou de l'arrière.
On peut aussi prendre des mesures ...

!

Cliquez pour agrandir l'imageCoque terminé.
L'étrave a été recouverte de 2 plaques débordant de chaque côté de 2 mm avec "clous" apparents.
La baguette a été collée sur la quille.
Si vous pensez présenter le bateau sur des tourillons, il faut repérer les trous préparés dans la quille.
Cliquez pour agrandir l'imageLe gouvernail a été également recouvert.

Dernière vérification des plaques et petit point de colle éventuel.
Passage au vernis qui contribuera à la solidité du doublage et au maintien des plaques.
Pendant que le vernis sèche, on peut, avec le dos de la lame de cutter appuyer sur les recouvrements qui ne sont pas parfaits.

Pour le vernis, j'ai utilisé un vernis teinté (chêne moyen) qui donne immédiatement une certaine patine ... mais la coutume tend vers le vernis incolore: le cuivre vieillira tout seul au-dessous!
Cliquez pour agrandir l'image

naviguez sur le site et... débarquez... votre voiture ...


Encore un exercice périlleux qui consiste à débarquer une voiture quand la "goélette" ne peut pas venir à quai.

La voiture est placée sur deux baleinières qui approchent du "warf".

Un marin s'apprête à prendre le volant. Il fera tourner le moteur à plein régime. On attendra la bonne vague (toujours la même) et hop!... la voiture bondit sur le quai ou ... fait assez rare, heureusement, se retrouve à la baille!

Emotion garantie, surtout si vous êtes le propriétaire.


Copyright (C) 2008-2019- Tous droits réservés.albums mis à jour le : mardi 18 juin 2019